Posts by P. ANAR sabri

Kermesse paroissiale 2013 pour notre Saint Patron l’apôtre Thomas

Kermesse paroissiale pour notre Saint Patron l’apôtre Thomas

Dimanche 7 juillet 2013
Paroisse Saint Thomas Apôtre de Sarcelles


Lors du synode des chaldéens le mois dernier, notre patriarche Mar Louis Raphael 1er SAKO a proclamé que la fête de Saint Thomas, notre évangélisateur et fondateur de l’Eglise d’Orient, soit fêté dans toutes les paroisses chaldéennes du monde chaque année… ce que nous faisons depuis 10 ans déjà ici à Sarcelles !

Cette année encore nous avons eu une très belle fête, ensoleillée et chaleureuse de la joie des jeunes, des rires des enfants et de la convivialité des familles !

Nous avons eu la joie d’accueillir les pères Edouard-Marie GALLEZ, prêtre et docteur en théologie et histoire des religions, et Sébastien NADUTHADAM, curé de la communauté Syro-malabare de paris, qui ont concélébré la messe avant de participer à la kermesse en signe d’amitié et d’unité. Ainsi que père Pierre PERRIER, auteur de nombreux livres sur l’Eglise d’Orient et notamment sur Saint Thomas.

Cette belle fête à réunie plus de 3 000 personnes dans une ambiance fraternelle, amicale et joyeuse !

Cet évènement important pour notre communauté a été filmé par l’équipe de l’émission « Chrétiens Orientaux », de France 2, dirigée par Thomas WALLUT, et sera retransmise le dimanche 18 août sur France 2 à 9h30 (www.chretiensorientaux.eu).

Un grand merci à tous les groupes et les bénévoles qui ont participé à l’organisation et à l’animation de la fête de saint Thomas apôtre, à tous ces jeunes et moins jeunes qui ont travaillé avec joie malgré la fatigue et la chaleur écrasante ;

Un merci particulier au groupe des Scouts ‘Mar Ephrem’, ainsi qu’aux musiciens et différents chanteurs, dont Waad KAKOS, venu de Melbourne (Australie) et de passage en France, qui a  participé à l’animation de notre fête.

Merci à tous les jeunes des stands de jeux, volontaires et sympathiques, et biens déguisés ! Merci d’avoir joué le jeu !

Merci aux fidèles de la cuisine qui se sont donnés à fond du matin très tôt au soir très tard, entre la chaleur du soleil et celle des grillades !

Merci aussi à toutes les personnes qui ont préparés les nombreux et délicieux gâteaux ; aux jeunes JMJistes du stand gâteaux/thé-café/barbe-à-papa/Mister-Freeze en leur souhaitant un bon pèlerinage au Brésil ce mercredi pour les JMJ – Journée Mondiales de la Jeunesse !

Merci surtout à tous ceux qui sont restés très tard pour tout nettoyer ! (Grâce aux scouts l’état de l’église n’était pas trop catastrophique…).

Et enfin merci à TOUS de votre participation à cette journée spéciale !

Saint Thomas doit être fier de vous ! Continuons à le prier pour qu’il nous garde toujours dans cette unité et cet amour, et qu’à notre tour, à sa suite, nous évangélisons l’amour du Seigneur autour de nous !

A tous : BRAVO ET MERCI !!

Bonnes vacances !

1ères Communions 2013 – Communauté chaldéenne d’Ile-de-France


Ières Communions 2013

Communauté chaldéenne d’Ile-de-France

Paroisse Saint Thomas Apôtre – Sarcelles

 


Tout au long de ce mois de juin, 192 enfants suivant le catéchisme ont reçu leur Première Communion :

–        Dimanche 9 juin 2013
1ères Communions des enfants du catéchisme à Arnouville/Villiers le Bel, en l’église Saint Thomas Apôtre de Sarcelles.
Célébrant : père Michaël DUMAND – 45 enfants

–        Dimanche 9 juin 2013
1ères Communions des enfants du catéchisme à Sarcelles Lochères, en l’église Sainte Geneviève de Garges-lès-Gonesse.
Célébrant : père Sabri ANAR – 30 enfants

–        Dimanche 16 juin 2013
1ères Communions des enfants du catéchisme à Gonesse, en l’église Saint François d’Assise de Gonesse.
Célébrant : père Sabri ANAR – 32 enfants

–        Dimanche 23 juin 2013
1ères Communions des enfants du catéchisme à Sarcelles – Saint Thomas Apôtre, en l’église Saint Thomas Apôtre de Sarcelles.
Célébrant : Mgr Shlemon WARDUNI, auxiliaire patriarcal en Irak, père Sabri ANAR – 85 enfants

Merci à la quarantaine de catéchistes qui leur ont enseigné la foi tout au long de cette année 2012/2013, accompagné(e)s des pères Sabri ANAR et michaël DUMAND, des sœurs Nariman GORGHIS, Chrestina BUTROS et Marie-Agnès KARATAY.

Merci à Mgr WAEDUNI de nous avoir honoré de sa présence le dimanche 23 juin !

Suite à cela, tous ces enfants ont participé à une sortie à Lisieux, le mercredi 26 juin, pour célébrer une messe d’action de grâce et découvrir Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus de la Sainte-Face.

Que le Seigneur, par la Sainte Eucharistie, demeure en eux et fasse grandir leur foi tout au long de leur vie.

ANNEE DE LA FOI 2012-2013 – Paroisse St Thomas Apôtre – Bulletin n° 9 – 1ère catéchèse du pape François pour l’Année de la Foi

  ANNEE DE LA FOI 2012-2013
Paroisse Saint Thomas Apôtre


Bulletin d’information n° 9
Dimanche 7 avril 2013

Nous vous proposons dans ce numéro l’intégrale de la  1ère catéchèse du pape François pour l’Année de la Foi,
donnée le 3 avril 2013 lors de l’audience générale à Rome.

 

Sans attendre le rendez-vous de Rio de Janeiro, en juillet prochain, le pape François indique aux jeunes leur mission dans cette première catéchèse du mercredi consacrée à l’Année de la foi.
Le pape a en effet déclaré, dans sa catéchèse en italien: “Le Seigneur est vivant et il marche à vos côtés dans votre vie. C’est votre mission: allez apporter cette espérance”.
Le pape déplore au contraire ce qu’il appelle une foi “à l’eau de rose”, qui “n’est pas la foi forte”. Il invite à “« sortir » pour apporter cette joie et cette lumière dans tous les lieux de notre vie !”

 

Catéchèse du pape François en italien – Traduction de ZENIT, Hélène Ginabat
Chers frères et sœurs, bonjour.

Nous reprenons aujourd’hui les catéchèses de l’Année de la foi. Dans le Credo, nous redisons cette expression : « il est ressuscité le troisième jour, selon les Écritures ». C’est justement cet événement que nous célébrons : la résurrection de Jésus, centre du message chrétien, qui résonne depuis les commencements et qui a été transmis afin d’arriver jusqu’à nous. Saint Paul écrit ceci aux chrétiens de Corinthe : « Je vous ai donc transmis en premier lieu ce que j’avais moi-même reçu, à savoir que le Christ est mort pour nos péchés selon les Écritures, qu’il a été mis au tombeau, qu’il est ressuscité le troisième jour selon les Écritures, qu’il est apparu à Céphas, puis aux Douze » (1 Co 15, 3-5).

Cette brève profession de foi annonce précisément le mystère pascal, avec les premières apparitions du Ressuscité à Pierre et aux Douze : La mort et la résurrection de Jésus sont le cœur de notre espérance. Sans cette foi en la mort et la résurrection de Jésus, notre espérance sera faible, mais ce ne sera même pas l’espérance, et c’est justement la mort et la résurrection de Jésus qui sont le cœur de notre espérance. L’apôtre affirme : « si le Christ n’est pas ressuscité, vaine est votre foi ; vous êtes encore dans vos péchés » (v. 17).

Malheureusement, on a souvent cherché à obscurcir la foi en la résurrection de Jésus et des doutes se sont insinués jusque parmi les croyants eux-mêmes. C’est un peu une foi « à l’eau de rose », comme on dit chez nous ; ce n’est pas la foi forte. Et ceci parce qu’on reste à la surface des choses, ou parfois par indifférence, parce qu’on est occupé par mille choses que l’on considère plus importantes que la foi, ou encore parce qu’on a une vision seulement horizontale de la vie. Mais c’est justement la Résurrection qui nous ouvre à l’espérance la plus grande, parce qu’elle ouvre notre vie et la vie du monde à l’avenir éternel de Dieu, au bonheur total, à la certitude que le mal, le péché et la mort peuvent être vaincus. Et cela amène à vivre les réalités quotidiennes avec plus de confiance, à les affronter avec courage et engagement. La résurrection du Christ illumine d’une lumière nouvelle ces réalités quotidiennes. La résurrection du Christ est notre force !

Mais comment cette vérité de foi de la résurrection du Christ nous a-t-elle été transmise ? Il y a deux sortes de témoignages dans le Nouveau Testament : certains ont la forme d’une profession de foi, c’est-à-dire de formules synthétiques qui indiquent quel est le centre de la foi ; d’autres, en revanche, prennent la forme d’un récit de l’événement de la résurrection et des faits qui y sont liés. La première, la profession de foi, par exemple, est celle que nous venons d’entendre, ou bien celle de la Lettre aux Romains, dans laquelle saint Paul écrit : « En effet, si tes lèvres confessent que Jésus est Seigneur et si ton cœur croit que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé » (10, 9).

Dès les premiers pas de l’Église, la foi dans le mystère de la mort et de la résurrection de Jésus est bien claire et solide. Mais aujourd’hui, je voudrais m’arrêter sur la seconde, sur le témoignage sous la forme d’un récit, que nous trouvons dans les Évangiles. Nous remarquons avant tout que les premiers témoins de cet événement furent les femmes. À l’aube, elles se rendent au sépulcre pour oindre le corps de Jésus et elles trouvent le premier signe : la tombe vide (cf. Mc 16, 1). Vient ensuite la rencontre avec un messager de Dieu qui annonce : Jésus de Nazareth, le Crucifié, n’est pas ici, il est ressuscité (cf. vv. 5-6). Les femmes sont poussées par l’amour et elles savent accueillir cette annonce avec foi : elles croient et, aussitôt, elles la transmettent, elles ne la gardent pas pour elles, elles la transmettent.

La joie de savoir que Jésus est vivant, l’espérance qui remplit le cœur, ne peuvent pas être contenues. C’est ce qui devrait aussi se passer dans notre vie. Nous éprouvons la joie d’être chrétiens ! Nous croyons en un Ressuscité qui a vaincu le mal et la mort ! Ayons le courage de « sortir » pour apporter cette joie et cette lumière dans tous les lieux de notre vie ! La résurrection du Christ est notre plus grande certitude : c’est le trésor le plus précieux ! Comment ne pas partager ce trésor, cette certitude, avec les autres ? Elle n’est pas uniquement pour nous, il faut la transmettre, la donner aux autres, la partager avec les autres. C’est justement cela notre témoignage.

Un autre élément : dans les professions de foi du Nouveau Testament, les témoins de la Résurrection qui sont mentionnés sont uniquement des hommes, les apôtres, mais pas les femmes. C’est parce que, selon la loi juive de l’époque, les femmes et les enfants ne pouvaient pas donner un témoignage fiable, crédible. Dans les Évangiles, au contraire, les femmes ont un rôle primordial, fondamental. Nous pouvons saisir ici un élément en faveur du caractère historique de la Résurrection : s’il s’était agi d’un fait inventé, dans le contexte de l’époque, il n’aurait pas pu se baser sur le témoignage des femmes. Les évangélistes, eux, racontent simplement ce qui s’est passé : les premiers témoins sont les femmes. Ceci nous montre que Dieu ne choisit pas selon les critères humains : les premiers témoins de la naissance de Jésus sont les bergers, des gens simples et humbles ; les premiers témoins de la Résurrection sont les femmes. Et ça, c’est beau.

Et c’est un peu la mission des femmes : des mamans, des femmes ! Témoigner auprès de leurs enfants, de leurs petits-enfants, que Jésus est vivant, qu’il est le Vivant, qu’il est ressuscité. Les mamans et les femmes, allez-y ! Témoignez !

Pour Dieu, c’est le cœur qui compte : combien nous sommes ouverts à sa présence, si nous sommes comme des enfants qui font confiance. Mais ceci nous fait réfléchir aussi sur la manière dont les femmes, dans l’Église et dans ce chemin de foi, ont eu, et ont encore aujourd’hui, le rôle particulier d’ouvrir les portes au Seigneur, de le suivre et de communiquer son Visage, parce que le regard de foi a toujours besoin du regard simple et profond de l’amour. Les apôtres et les disciples ont davantage de mal à croire. Les femmes, non. Pierre court au sépulcre, mais il s’arrête devant le tombeau vide ; Thomas doit toucher de ses mains les blessures du corps de Jésus. C’est important aussi, dans notre chemin de foi, de savoir et de sentir que Dieu nous aime, de ne pas avoir peur de l’aimer : la foi se professe avec les lèvres et avec le cœur, par les paroles et par l’amour.

Après les apparitions aux femmes, d’autres suivront. Jésus se rend présent de manière nouvelle : il est le Crucifié, mais son corps est glorieux ; il n’est pas revenu à la vie terrestre, mais il revêt une condition nouvelle. Au début, on ne le reconnaît pas, et c’est seulement grâce à ses paroles et à ses gestes que les yeux s’ouvrent : la rencontre avec le Ressuscité transforme, donne à la foi une nouvelle force, un fondement inébranlable. Pour nous aussi, il y a beaucoup de signes par lesquels Jésus se fait reconnaître : l’Écriture sainte, l’Eucharistie, les autres sacrements, la charité, ces gestes d’amour qui apportent un rayon du Ressuscité. Laissons-nous illuminer par la résurrection du Christ, laissons-nous transformer par sa force pour que, à travers nous, dans le monde, les signes de mort laissent place aux signes de vie.

J’ai vu qu’il y a beaucoup de jeunes sur la place. Les voici ! A vous, je vous dis : apportez cette certitude : le Seigneur est vivant et il marche à vos côtés dans votre vie. C’est votre mission ! Allez apporter cette espérance. Soyez ancrés dans cette espérance : cette ancre qui est dans le ciel ; tenez bien la corde, soyez ancrés et allez apporter cette espérance. Vous, les témoins de Jésus, allez apporter le témoignage que Jésus est vivant et cela nous donnera l’espérance, cela donnera de l’espérance à ce monde un peu vieilli par les guerres, le mal, le péché. Allez-y, les jeunes !


Nota Bene – Merci à Zenit.org, et VIS (Vatican Information Services).

Vous trouverez régulièrement des informations sur www.mission-chaldeenne.org / www.chaldeaneurope.org / www.facebook.com/st.thomas.apotre

Mission Chaldéenne – Paroisse S Thomas Apôtre www.mission-chaldeenne.org / Paroisse.st.thomas@gmail.com
7-11 rue du Champ Gallois  95200 SARCELLES Tél. : 01 39 33 31 64 –  Fax : 01.34.19.74.58

 

 

Michigan SEO