Posts by P. ANAR sabri

Comité des Vocation pour les Chaldéens d’Europe à Sarcelles / Paris

Rencontre à Sarcelles avec le Comité des Vocations pour les Chaldéens d’Europe

Nous avons été heureux d’accueillir, dimanche 17 février 2013 à Saint Thomas Apôtre, le Comité des Vocations pour les chaldéens d’Europe : les pères Sizar MAJEED d’allemagne, Mahir MALKO de Suède et Sakvan M. YOUANAN de Marseille. Ils ont célébré la messe de 18h, avec le père Sabri ANAR, curé de la paroisse Saint Thomas, et donné une conférence ensuite.

La célébration a été très touchante dans une ambiance de recueillement et d’attention, et superbement animée par nos chorales !

La conférence qui a suivie à rassemblée plus de 150 personnes, surtout des jeunes, à qui le message des pères s’adressait en particulier : l’appel, le sens de la vocation, des informations concrètes sur la vie religieuse et sur les séminaristes actuels en Irak…

Quelques paroles retenues :
« Chaque père et mère, par son engagement devant Dieu le jour de son mariage, a le devoir d’orienter ses enfants dans une éducation chrétienne, la première église c’est le foyer familiale »
« Chaque personne, quel qu’il soit, est appelé par Dieu, il faut ouvrir nos cœurs à l’appel de Dieu »
« Jésus nous a confié l’Eglise, à nous d’en prendre soin et de travailler pour la faire grandir »
« L’appel ne concerne pas seulement le sacerdoce mais aussi la vie consacrée : moines / religieuses »
« Sans les prêtres qui vous ont donnés les sacrements et qui vous conduisent à Dieu, sans les religieuses qui vous enseignent, vous ne seriez pas ici aujourd’hui, demain ces prêtres et religieuses ne seront plus là c’est à vous de les remplacer, les prêtres et religieuses de demain pour votre église c’est vous et pas d’autres… donnez ce que vous avez reçu ! »

Nous espérons que cet appel a pu toucher quelques cœurs et que ça portera des fruits…

Mission Chaldéenne – Paroisse Saint Thomas Apôtre www.mission-chaldeenne.org
7-11 rue du Champ Gallois  95200 SARCELLES 

Tél. : 01 39 33 31 64 –  Fax : 01.34.19.74.58

Paroisse.st.thomas@gmail.com

 

ANNEE DE LA FOI 2012-2013 – Paroisse Saint Thomas Apôtre – Bulletin d’information n° 6

 

 

ANNEE DE LA FOI 2012-2013

Paroisse Saint Thomas Apôtre

 

Bulletin d’information n° 6

Dimanche 3 février 2013

 

 

Les catéchèses de Benoît XVI pour l’Année de la Foi

Avec l’ouverture de l’Année de la foi, Benoît XVI a inauguré un nouveau cycle de catéchèses pour « ouvrir un chemin pour renforcer ou retrouver la joie de la foi, en comprenant qu’elle n’est pas quelque chose d’étranger, de détaché de la vie concrète, mais qu’elle en est l’âme. »

Ces catéchèses sont données par Benoit XVI les mercredis, lors des audiences générales au Vatican. Nous vous avions déjà mis l’intégralité des 2 premières catéchèses (cf. feuillets n° 3 et 4). Nous vous proposons dans ce 6ème numéro un bref résumé des différentes autres catéchèses données jusqu’à aujourd’hui (la 3ème à la 8ème), en vous indiquant les titres et les dates et en vous invitant à les lire en entier (sur www.Zenit.org) : ce sont des enseignements très beaux et très riches autant spirituellement et qu’humainement !

 

Catéchèse du 31/10/2012 : Dimension communautaire de la foi

« La foi a-t-elle un caractère seulement personnel, individuel ? Est-ce que je vis ma foi tout seul ? L’acte de foi est un acte profondément personnel qui marque un changement de direction, une conversion. Cependant, cet acte n’est pas le produit de ma réflexion solitaire. Il est le fruit d’une relation, d’un dialogue avec Jésus. Je ne peux pas construire ma foi personnelle dans un dialogue privé avec Jésus, parce que la foi m’est donnée par Dieu à travers une communauté croyante qui est l’Eglise et je m’insère ainsi dans la multitude des croyants dans une communion qui n’est pas seulement sociologique mais enracinée dans l’éternel amour de Dieu. Chers frères et sœurs, le Catéchisme de l’Eglise catholique l’exprime de façon claire en ces termes: « ” Croire ” est un acte ecclésial. La foi de l’Église précède, engendre, porte et nourrit notre foi. L’Église est la mère de tous les croyants.

” Nul ne peut avoir Dieu pour Père qui n’a pas l’Église pour mère “ (S. Cyprien, unit. eccl. : PL 4, 503A) » (n. 181). La foi naît donc dans l’Eglise, conduit à elle, et vit en elle. C’est important de le rappeler. Saint Paul dit : « Il n’y a plus de grec ni de Juif, ni circoncision ni incirconcision, ni barbare ni Scythe, ni esclave ni homme libre, mais le Christ qui est tout en tous » (Col 3,11). Il y a une chaîne ininterrompue de la vie de l’Eglise, de l’annonce de la Parole de Dieu, de la célébration des sacrements, qui arrive jusqu’à nous et que nous appelons la Tradition. Elle nous donne la garantie que ce en quoi nous croyons est le message original du Christ, prêché par les Apôtres. Enfin, je voudrais souligner que c’est dans la communauté ecclésiale que la foi personnelle croît et mûrit. Le bienheureux Jean-Paul II affirmait dans l’encyclique Redemptoris missio que « La foi se fortifie si on la donne ! » (n. 2). La tendance, aujourd’hui répandue, à reléguer la foi dans la sphère du privé contredit donc sa nature même. Dans un monde où l’individualisme semble régler les rapports entre les personnes, en les rendant toujours plus fragiles, la foi nous appelle à être Peuple de Dieu, à être Eglise, porteurs de l’amour et de la communion de Dieu pour tout le genre humain (cf. Const. past. Gaudium et spes, 1) »

Catéchèse du 07/11/2012 : Même l’abîme du péché n’éteint pas le désir de Dieu

« Chers frères et sœurs, le désir de Dieu est inscrit dans le cœur de l’homme, car l’homme a été créé par Dieu et pour Dieu”, nous dit Le Catéchisme de l’Église catholique.

Qu’est-ce qui peut véritablement rassasier le désir de l’homme ? En premier lieu, apprendre ou réapprendre le goût des joies de la vie authentiques. Eduquer dès la tendre enfance à goûter les vraies joies, dans tous les domaines de l’existence – la famille, l’amitié, la solidarité avec ceux qui souffrent… Les adultes aussi ont besoin de redécouvrir ces joies, de désirer les réalités authentiques, se purifiant de la médiocrité dans laquelle ils peuvent se trouver entraînés. Il sera alors plus facile de laisser tomber, ou de repousser, tout ce qui, malgré un attrait apparent, se révèle en fait insipide, source d’accoutumance et non de liberté. Et cela fera émerger ce désir de Dieu dont nous parlons. Un second aspect, qui va de pair avec le précédent, consiste à ne jamais se contenter de ce que l’on a obtenu. Nous apprendrons ainsi à tendre, désarmés, vers ce bien que nous ne pouvons construire ni nous procurer par nos propres forces, à ne pas nous laisser décourager par la fatigue ou les obstacles qui viennent de notre péché. Même l’abîme du péché ne peut éteindre en l’homme l’étincelle qui lui permet de reconnaître le vrai bien, de le savourer et d’engager un parcours de remontée sur lequel Dieu, avec le don de sa grâce, ne refuse jamais son aide. Nous avons d’ailleurs tous besoin de parcourir un chemin de purification et de guérison du désir. Nous sommes des pèlerins en marche vers la patrie céleste, vers ce bien plénier, éternel, que rien ne pourra jamais nous arracher. »

Catéchèse du 14/11/2012 : Dieu ne se lasse pas de chercher l’homme

« Je voudrais rappeler d’abord que l’initiative de Dieu précède toujours toute initiative de l’homme et que dans le chemin vers Lui, c’est d’abord Lui qui nous éclaire, nous oriente et nous guide, en respectant toujours notre liberté. Cependant il y a des signes qui conduisent à Dieu. Certes, souvent nous risquons d’être aveuglés par les scintillements de la mondanité, qui amenuisent notre capacité à lire ces signes.

Mais Dieu ne se fatigue pas de nous chercher, il est fidèle à l’homme qu’il a créé et sauvé, il reste proche de notre vie, car il nous aime. Aujourd’hui, nous le savons, les difficultés ne manquent pas, ni les épreuves, pour la foi qui est souvent peu comprise, contestée, refusée. St Pierre disait aux chrétiens: «Vous devez toujours être prêts à vous expliquer devant tous ceux qui vous demandent de rendre compte de l’espérance qui est en vous ; mais faites-le avec douceur et respect.» (1 Pt 3,15). Celui qui croit est uni à Dieu est ouvert à sa grâce, à la force de la charité. Ainsi son existence devient témoignage non de lui-même, mais du Ressuscité, et sa foi ne craint pas de se montrer dans la vie quotidienne. Elle n’est pas illusion, fuite de la réalité, refuge confortable, sentimen-talisme, mais elle est implication de toute la vie et annonce de l’Evangile, Bonne Nouvelle capable de libérer tout l’homme. Le christianisme, avant d’être une morale ou une éthique, est l’évènement de l’amour, il est l’accueil de la personne de Jésus. »

 

Catéchèse du 21/11/2012 : Croire est raisonnable !

« Aujourd’hui, dans cette catéchèse, je voudrais m’arrêter au caractère raisonnable de la foi en Dieu. Notre connaissance de Dieu dans la foi ne se fait pas sans notre raison. Dieu n’est pas absurde ! Il est « mystère » : c’est-à- dire surabondance de sens et de vérité, de lumière qui illumine la raison humaine. Si, en regardant le mystère, la raison voit l’obscurité, ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de lumière dans  le mystère, mais plutôt parce qu’il y en a trop. De même lorsque les yeux de l’homme se dirigent directement vers le soleil pour le regarder, ils ne voient que les ténèbres ; mais qui oserait dire que le soleil n’est pas lumineux ? Au contraire, il est la source de la lumière. Dieu s’est approché de l’homme et s’est offert à sa connaissance, se rendant accessible (cf. Concile oecum. Vatican II, Const. dogm. Dei Verbum, 13).

La foi et la raison ne s’opposent, ni se combattent. Elles sont les conditions requises pour comprendre le sens et le message de la Révélation divine. Si la science permet à la foi la compréhension du dessein de Dieu sur l’univers, la foi, pour sa part, permet à la science d’œuvrer pour le bien et la vérité de l’homme. Sans Dieu, l’homme se perd. Croire est raisonnable ! Seul le Christ satisfait totalement les désirs de vérité et de bien qui sont inscrits dans tout homme. En ce sens, la croix du Christ n’est pas un événement irrationnel, mais un fait salvifique qui se justifie par une nouvelle forme de rationalité basée sur la foi.

L’homme est au centre de la création, non pas pour l’exploiter déraisonnablement, mais pour la protéger et la rendre habitable. »

Catéchèse du 28/11/2012 : Parler de Dieu aujourd’hui

« Comment parler de Dieu à notre époque ? Comment communiquer l’Evangile, pour ouvrir la voie à la vérité salvifique dans les cœurs souvent fermés de nos contemporains et dans leurs esprits parfois distraits par tant de lueurs de notre société. La première réponse est que nous pouvons parler de Dieu parce qu’il a parlé avec nous. Pour parler de Dieu est donc l’écoute de ce qu’il a dit lui-même. Dieu a parlé avec nous ! Dieu n’est donc pas une hypothèse lointaine sur l’origine du monde ; il n’est pas une intelligence mathématique très loin de nous. Dieu s’intéresse à nous, il nous aime, il est entré personnellement dans la réalité de notre histoire, il s’est « auto-communiqué » jusqu’à s’incarner. Dieu est donc une réalité de notre vie, il est si grand qu’il a même du temps pour nous, il s’occupe de nous. En Jésus de Nazareth, nous rencontrons le visage de Dieu, qui est descendu du Ciel pour s’immerger dans le monde des hommes, notre monde, et nous enseigner « l’art de vivre », la voie du bonheur ; pour nous libérer du péché et faire de nous des enfants de Dieu (cf. Ep 1,5 ; Rm 8,14). L’Année de la foi est une occasion de découvrir, avec une imagination animée par l’Esprit-Saint, de nouveaux parcours au niveau personnel ou communautaire, afin qu’en tous lieux la force de l’Evangile soit sagesse de vie et orientation de l’existence. »

Catéchèse du 05/12/2012 : se laisser saisir par la Vérité : Dieu et Amour !

« L’Apôtre Paul débute sa lettre aux Éphésiens par une prière de bénédiction adressée à Dieu, le Père de Jésus Christ. Le thème de cet hymne de louange est le projet de Dieu pour l’homme, défini avec des termes pleins de joie, d’étonnement et d’action de grâce, comme un « dessein de bienveillance » (v. 9), de miséricorde et d’amour : « le mystère » de la volonté divine (v. 9), caché et maintenant manifesté dans la personne et dans l’œuvre du Christ. L’initiative divine précède toute réponse humaine : c’est un don gratuit de son amour qui nous enveloppe et nous transforme. Non seulement Dieu dit quelque chose, mais il se communique, il nous attire dans la nature divine au point que nous aussi, nous sommes en elle, divinisés. Dieu révèle son grand dessein d’amour en entrant en relation avec l’homme, en s’approchant de lui au point de se faire homme lui-même. L’homme n’aurait pas pu, par sa seule intelligence et ses capacités, atteindre cette révélation si lumineuse de l’amour de Dieu ; c’est Dieu qui a ouvert son ciel et qui s’est abaissé pour guider l’homme dans l’abime de son amour. Dans cette perspective, qu’est donc l’acte de foi ? C’est la réponse de l’homme à la Révélation de Dieu, qui se fait connaître et qui manifeste son dessein de bienveillance ; c’est, pour utiliser une expression augustinienne, se laisser saisir par la vérité qui est Dieu, une vérité qui est amour. Par notre foi, notre espérance et notre charité, il veut entrer sans cesse de nouveau dans le monde, et faire resplendir sa lumière dans notre nuit. »

 

Vous trouverez régulièrement des informations sur www.mission-chaldeenne.org / www.chaldeaneurope.org / www.facebook.com/st.thomas.apotre

Nota Bene – Merci à Zenit.org, et VIS (Vatican Information Services).

Mission Chaldéenne – Paroisse Saint Thomas Apôtre www.mission-chaldeenne.org
7-11 rue du Champ Gallois  95200 SARCELLES 

Tél. : 01 39 33 31 64 –  Fax : 01.34.19.74.58

Paroisse.st.thomas@gmail.com

 

Mgr Louis SAKO nouveau Patriarche des Chaldéens

Nous apprenons ce matin de source proche que le Synode de l’Eglise chaldéenne, qui s’est ouverte le 28 janvier à Rome, à élu son nouveau patriarche en la personne de Mgr Louis SAKO, évêque de Kirkouk et Suleymanieh, suite à la démission de Mar Emmanuel III DELLY au mois de décembre dernier en raison de son âge (85 ans) et de sa santé.

Selon ces sources le pape Benoit XVI va annoncer solennellement, à midi (heure de Rome), sa nomination. Comme le veut la tradition les cloches sonneront à ce moment à Rome et dans toutes les églises chaldéennes.

Nous sommes très heureux de cette nomination et nous lui adressons nos prières, que le Seigneur l’accompagne tout au long de sa nouvelle mission.

********
Mgr Louis SAKO

Né le 4 juillet 1948 à Zakho (Irak)

Ordonné prêtre en 1974 à Mossoul (Irak)

Elue évêque en 2002 et nommé pour le diocèse de Kirkouk en 2003

Il a obtenu un doctorat de l’Université pontificale à Rome en 1983

Une maîtrise en jurisprudence islamique en 1984 

Il a aussi obtenu plus tard un doctorat de l’Université de la Sorbonne en 1986

Il a, entre autre, reçu de nombreuses décorations (récompenses) dont le prix de Pax Christi en 2010 en France

Il également publié plus de 200 articles et 20 livres dans les domaines de la théologie et de la religion.

http://www.mission-chaldeenne.org/actualite_mgr-louis-sako-nouveau-patriarche-des-chaldeens.php

Michigan SEO