Ordinations diaconales à Ankawa – Irak – 18/01/2013

Ordinations diaconales à Ankawa – Irak


Vendredi 18 janvier 2013, 4 séminaristes en Irak ont été ordonnés Sous-diacres, et 1 Diacre, par Monseigneur Bashar Matte Warda, évêque d’Erbil, au séminaire chaldéen d’Erbil (Irak).

Parmi ces séminaristes sont ordonnés Sous-diacres en vue du sacerdoce :

– Robert SABAK, de la communauté chaldéenne d’Ile-de-France;
– Ramzy DIRIL, de la communauté chaldéenne d’Istanbul;
– Fawaz FADHEEL du diocèse de Bagdad;
– Denkha ABDALAHAD pour Erbil.

Ordonné Diacre pour Erbil : Semir SLIWA.

Prions pour eux en reprenant la prière qui est dite lors de leur ordination : « Envoie sur eux, Seigneur, ton Esprit Saint : qu’il les fortifie de tous les dons de ta grâce pour l’accomplissement de son ministère ».

—–

LE DIACRE

Du grec diakonos : « serviteur », diakonein voulant dire « servir ». Le diacre est le chrétien baptisé et confirmé qui a reçu, lors de son ordination diaconale, une participation sacramentelle à la mission de l’évêque, dans la ligne du service (diakonia).

C’est dans les Actes des Apôtres (6:1 et suivants) qu’il est fait mention pour la première fois, d’hommes ordonnés pour le service de leurs frères. Le diacre est alors un homme choisi par les chrétiens et qui, après l’imposition des mains par l’un des apôtres, est appelé à s’occuper des plus démunis de la communauté. Rapidement, les diacres seront appelés à gérer les biens matériels de l’Église naissante. Ainsi, furent désignés selon les écritures, les sept premiers diacres de l’Église primitive : Stéphanos de Grèce, premier martyr et premier diacre, traduit en Stéphane, Étienne, Steeve, Steeven ; Philippe ; Prochore ; Nicanor ; Timon ; Parménas et Nicolas.

Tout chrétien est appelé à suivre le Christ, pour devenir, par grâce, ce que le Fils est par nature. Afin que nous puissions devenir fils, le Fils s’est fait Serviteur, réalisant notre salut par l’accomplissement de sa mission rédemptrice.

En effet, « le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour une multitude » (Mt 20, 28). Tout chrétien, en tant que tel, doit être capable de « donner sa vie » pour le « service » de tous. Cependant, pour que le « service » rédempteur du Christ soit mieux assuré au bénéfice de tous, Jésus lui-même a pris soin de pourvoir son Église des ministres aptes à continuer sa mission : Pierre, les apôtres, leurs successeurs et leurs collaborateurs. Quand le pape signe « Serviteur des serviteurs de Dieu », ce n’est pas une simple clause de style : le véritable serviteur — le véritable « diacre » — dans l’Église, c’est l’évêque, secondé par ses prêtres dans le « service » royal des baptisés.

Participant à la mission de service des évêques, successeurs des apôtres, c’est par l’évêque que le diacre est ordonné. Cette ordination consiste essentiellement dans l’imposition des mains que l’évêque, seul, fait en silence, et dans la prière consécratoire, dont la formule centrale est la suivante : « Envoie sur lui, Seigneur, ton Esprit Saint : qu’il le fortifie de tous les dons de ta grâce pour l’accomplissement de son ministère ». Il reçoit alors l’étole diaconale et la dalmatique, puis l’évêque lui remet solennellement le livre des évangiles (voir Évangile), dont il devient le héraut.

Désormais, le diacre aide l’évêque et ses prêtres dans le service de la parole, de l’autel et de la charité. Sous leur responsabilité, catéchèse, prédication, direction des prières de l’assemblée, célé¬bration du baptême et des funérailles, bénédiction du mariage, administration du viatique et, en général, toute forme de service des pauvres, des malades, des jeunes, sont de sa compétence. On comprend que le « service » diaconal soit, pour les futurs prêtres, une nécessaire initiation à leur « service » sacerdotal. Grâce à la restauration du diaconat permanent, les diacres restent dans l’Église le rappel vivant et sacramentel, pour les évêques, les prêtres et les fidèles, du « service » éminent qu’est et doit demeurer le « ministère » ordonné.

Le christianisme oriental a conservé les ordres mineurs: chantre, lecteur, sous-diacre, ainsi que le diaconat comme ordre permanent, ou menant à la prêtrise. Un homme marié ou un moine peut être ordonné diacre, mais un diacre non marié ne peut plus se marier. Les diacres participent à la vie de la communauté paroissiale et servent le célébrant pendant la liturgie (où, entre autres, ils lisent l’Évangile – sans prêcher) et encensent sous la direction d’un prêtre.

No comments yet

Comments are closed

Michigan SEO