1ers vœux de sœur Marie-Agnès KARATAY

Soeur Marie-Agnès du Sacré-Coeur de Jésus

Mission Chaldéenne en France

La cérémonie des 1ers vœux de sœur Marie-Agnès KARATAY a eu lieu le dimanche 19 février 2012, en l’église Saint Thomas Apôtre, à Sarcelles (95), en présence de:
Sœur Sanah HANNA, Mère-supérieure de la congrégation,
Monseigneur Claude BRESSOLETTE, vicaire de l’Ordinariat des Églises orientales catholiques en France,
Monseigneur Petrus YOUSIF, vicaire Patriarcal et curé de la paroisse Notre-Dame de Chaldée à Paris,
Père Sabri ANAR, curé de la paroisse Saint Thomas Apôtre à Sarcelles,
Père Michaël DUMAND, prêtre de la paroisse Saint Thomas Apôtre.

La famille de sœur Marie-Agnès était présente, ainsi que de nombreux prêtres et religieuses du diocèse, et bien-sur la communauté chaldéenne. L’Eglise était bondée!

Ce fut une cérémonie pleine d’émotion et de joie!

La cérémonie à été enregistrée par l’émission « Chrétiens Orientaux – Foi, Espérance et Traditions », ceux qui n’ont pas pu y assister pourront regarder la retransmission télévisée qui sera donné à Pâques, le dimanche 8 avril (une annonce précisant la date exacte et l’heure de cette émission sera donnée plus tard sur ce site)

La paroisse remercie toutes les personnes qui ont contribué à l’organisation et le bon déroulement de cette journée.

« La pauvreté, l’obéissance et la chasteté sont les vertus qui me guideront vers le royaume des cieux… »

——

Sr Marie-Agnès a 24 ans et est née en France, en Seine St Denis d’une famille chaldéenne très pauvre, qui avait dû partir de Turquie en 1985 suite aux persécutions, avec 7 de leurs enfants. Marie-Agnès est la 9ème sur une fratrie de 10 enfants. Après la mort de son papa alors qu’elle avait 8 ans, la famille s’est installée quelques années plus tard à Gonesse où elle demeure encore.
Elle découvre sa vocation à l’âge de 16 ans, en 2004, après de nombreuses souffrances : mort brutale de son père quand elle n’avait que 8 ans. Gravement malade à 9 ans, elle rêve de la Sainte Vierge qui l’appelle à Sa suite.
En 2009, à 22 ans, ayant toujours en elle le désir d’être religieuse, Marie-Agnès part en Irak pour le couvent des « filles du Sacré-Cœur de Jésus », congrégation religieuse chaldéenne (voir ci-dessous), et commence son noviciat en janvier 2010.
Rentrée en France août 2011, elle rejoint la communauté des sœurs chaldéennes à St Thomas de Sarcelles (95), et poursuis son noviciat en faisant de la catéchèse dans quatre Eglises : Gonesse, Sarcelles-Lochères, St Thomas à Sarcelles-village et Clichy sous bois, pour près de 1100 enfants, elle s’occupe aussi d’à peu près 150 choristes pour les 4 chorales des 4 paroisses. Parallèlement elle étudie à l’Institut Catholique de Paris.
Sœur Marie-Agnès a terminé son noviciat le 10 janvier 2012 et prononcera ses premiers vœux le 19 février 2012, en l’église Saint Thomas Apôtre à Sarcelles.
« Priez pour moi afin que le Seigneur achève en moi ce qu’Il a commencé. »
—–
La congrégation des Filles du Sacré-Cœur de Jésus
« Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et moi je vous soulagerai. Chargez-vous de mon joug et laissez-moi vous instruire, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos soulagement pour vos âmes. » Mathieu 11 : 28-29
La congrégation des Filles du Sacré-Cœur de Jésus a été fondée officiellement le 15 août 1911 par le père chaldéen catholique Abdel-Ahad Rayès (1879-1916) dans un village chrétien au nord de l’Irak nommé Araden.
L’objectif de cette fondation est d’instruire les jeunes à une éducation humaine puis chrétienne, ensuite de fournir un service sanitaire et sociale, selon les besoins de l’endroit au moment présent : aider les femmes sans expérience du travail social et domestique, éducation de leurs enfants, des jeunes filles en problèmes psychologiques, des malades et des orphelins, tout cela avec beaucoup de sacrifices spirituel, corporel et matériels… (En donnant le peu qu’elles ont).
La congrégation est passée par des obstacles et de grandes douleurs, notamment les circonstances difficiles et les migrations à cause des guerres successives en Irak depuis la première guerre mondiale (1914). Pendant cette guerre, les sœurs rendaient visites aux malades, guidaient les femmes à la propreté du village, des maisons et de la nourriture à cause des maladies qui se propageait. Elles aidaient également les pauvres, malgré qu’elles aussi vivaient de mendicité.
– 1916, le père fondateur décède suite à cette contamination du Typhoïde qui s’était répandu au village car lui-même servait ceux qui étaient touchés par ce virus.
– 1919, les sœurs migrent au village d’Alqosh puis ont retournent à Araden l’année suivante.
– 1961, elles migrent dans le secteur d’Amadiah à Mosul. A leur arrivée elles ont été hébergées 3 mois par les sœurs « Sainte Catherine de Sienne » (Dominicaines). Par la suite, elles se sont déplacées à l’Institut de Shimon Al-Safa, qui était un vieux bâtiment et où elles eurent beaucoup de mal à y vivre (manque de matériels et d’hygiène…). Malgré cela, elles se sont adaptées à ce mode de vie grâce à l’aide de Dieu et de la population de Mosul.
– 1980, suite à la demande des sœurs, le gouvernement construit un couvent à Mosul « Deir Al-Naser » (couvent de la Victoire) qui s’acheva en 1984.
Ce couvent a été le fruit des efforts et des sacrifices après tant d’années de souffrances, depuis la fondation jusqu’à l’inauguration et la consécration de ce couvent. Après leur installation, les sœurs ont enfin pu avoir une vie stable, et donc leur mission s’est agrandie, elle s’est répandue à Amadiah (Mangesh), Ankawa, Bagdad (elles avaient 3 couvents mais les circonstances des guerres en Irak les ont forcées à quitter la ville).
A ce jour, la congrégation est constituée de 22 religieuses dont 1 novice. Actuellement à peu près 12 jeunes filles ont la vocation d’être parmi cette congrégation. Un nouveau couvent à Ankawa est en cours de projet afin de pouvoir les accueillir, il sera le couvent de Formation.
Pour être religieuse, il faut à peu près trois ans de formations : entre 6 mois et un an d’apostolat, puis deux ans de noviciat où l’on se prépare aux vœux définitif. Pour finir, après d’avoir proclamé ses vœux religieux, la sœur se prépare pour 6 ou 9 ans de formation pour le port de l’anneau, qui symbolise l’engagement perpétuel.
La congrégation a pour vocation :
– L’enseignement du catéchisme parmi les diocèses ;
– Une école maternelle (Maison des Enfants) au couvent d’Ankawa ;
– Accueillir les jeunes filles qui sont ignorées par la société ou qui ont des problèmes psychologiques dans le « Projet du Bon Pasteur » au couvent de Mosul ;
– Accueillir les femmes malades âgées (retraite) au couvent de Mosul ;
– Administration de la clinique de Malte à Bagdad.
« Travailler et œuvrer au service de tous est notre vocation, aujourd’hui plus que jamais… »

No comments yet

Comments are closed

Michigan SEO